sunpartner technologies Article

les echos logo
01/02/2016

SunPartner dévoile ses ambitions dans les vitrages intelligents

Inventeur du film photovoltaïque souple et transparent, SunPartner Technologies passe à l’heure industrielle. Après avoir milité depuis ses origines pour une stratégie « fabless » fondée sur la vente de licences, la société aixoise vient de prendre la décision de lancer elle-même la production, à grand régime, de plusieurs gammes destinées à ses marchés phares : le vitrage intelligent, les accessoires électroniques et l’horlogerie, en attendant les développements en négociation dans la téléphonie mobile. Pour financer cette stratégie ambitieuse, son président-fondateur, Ludovic Deblois, a tout juste finalisé une nouvelle levée de fonds de 5,2 millions d’euros. L’opération a été souscrite par SPDG, fonds d’investissement du groupe belge D’Ieteren, qui est devenu actionnaire lors du précédent tour de table, fin juin 2015, et A Capital, un fonds sino-européen spécialisé dans l’internationalisation des ETI continentales en Asie.

Dès avril prochain, grâce à un joint-venture conclu il y a quelques semaines, l’entreprise commercialisera, sous sa marque, une série d’accessoires autonomes en énergie : chargeurs Power Bank, enceintes mobiles, bracelets connectés… Même des montres solaires débarqueront cet été. Mais, c’est en France, pour conserver le secret de ses brevets, que SunPartner Technologies va produire ses vitrages disruptifs. Il y a deux ans et demi, il a conclu un accord de partenariat avec Vision Systems pour concevoir le prototype d’un hublot de protection solaire autonome en énergie et valider la technologie. Le principe : l’énergie solaire captée en vol est stockée dans une batterie intégrée, qui permet d’alimenter le système de protection solaire et un port de rechargement USB.
Elle fera un pas de plus cette année avec la production de surfaces opacifiantes de haute transparence (80 %) et de grande taille (1,1 mètre sur 1,4) destinées aux marchés du bâtiment et du transport. « Notre composant photovoltaïque Wysips Glass offre un rendement jusqu’à 90 watts par mètre carré qui rend autonomes de nombreuses fonctions, telles que l’alimentation de stores, de dispositifs d’éclairage, de systèmes d’ouverture et de fermeture, des capteurs ou des systèmes d’occultation », détaille Ludovic Deblois.

Croissance exponentielle
Le marché, porté par la réglementation en faveur des bâtiments à énergie positive, est prometteur : selon Net Research, le secteur devrait connaître ces prochaines années une croissance exponentielle, passant de 88 millions de dollars en 2013 à plus de 3 milliards en 2022. Rien qu’en France, le bâtiment représente à lui seul 40 % de la consommation totale d’énergie.
Pour suivre cette courbe, SunPartner vient de reprendre une partie de l’activité de l’usine Nexcis d’EDF, à Rousset, qui dispose des équipements nécessaires puisqu’elle a tenté d’intégrer en vain, sur ses propres brevets, des couches photovoltaïques aux vitrages. L’entreprise aixoise louera le site pour un euro symbolique pendant trois ans et a repris neuf de ses anciens salariés. En 2017, les premières dalles en sortiront pour alimenter le marché européen proche, puis d’autres unités de production pourraient voir le jour près des lieux de consommation. « La capacité actuelle de 30.000 mètres carrés par an sera rapidement dépassée », anticipe Ludovic Deblois. Il vise une production de 200.000 mètres carrés en 2022, représentant 15 % du potentiel en Europe.